Devenir styliste : ce qu’il faut savoir

Le styliste travaille dans le secteur de la mode et en est un des rouages les plus importants. C’est un créateur de mode mais aussi de divers accessoires. Un styliste peut être spécialisé dans la mode enfantine, féminine, masculine, ou encore dans la mode destinée au sport, à la maille, aux chaussures, à la lingerie féminine ou à d’autres sous-vêtements. Il peut aussi combiner plusieurs spécialités avec le temps et l’expérience.

Le métier de styliste sous la loupe

En règle générale, il s’attelle à l’invention, à la création et à la conception de modèles d’une collection de prêt-à-porter, aussi qualifiée de modèles en série. Dans ce cas précis, il peut être aussi appelé styliste industriel. Mais dans le cas où il travaille sur des pièces uniques en haute couture, on l’appelle plutôt créateur. En début de carrière, un styliste peut toucher dans les 2 000 euros bruts, mais une fois confirmé, il peut gagner environ 4 000 euros. En fait, les salaires sont assez variés dans ce secteur car ils peuvent être en fonction de la notoriété professionnelle acquise comme du nombre d’années d’expériences ainsi que de la maison qui l’emploie. En freelance, les rémunérations sont naturellement peu régulières.

Quelles formations sont exigées pour devenir styliste ?

Il existe plusieurs formations à différents niveaux qu’un candidat peut suivre pour accéder au poste de styliste. Le premier étant le BT ou brevet de technicien après la classe de 3e ou un BEP. Le BTS Design est aussi un choix de plus en plus prisé. Le candidat peut intégrer l’une des nombreuses écoles privées de stylisme et le cursus permet d’atteindre un haut niveau en la matière. En France, puisque le nom des écoles importe dans un CV, les écoles suivantes sont les plus recommandées : l’Ensad (Ecole nationale supérieure des arts décoratifs), Duperré, l’Esmod, l’Isaa, Condé et le studio Berçot.

Où exercer en tant que styliste ?

Ce sont les maisons de couture et les bureaux de style qui recrutent les stylistes, même s’il faut reconnaître qu’il y a peu de débouchés aujourd’hui. Un styliste peut aussi travailler au sein d’une entreprise en tant que salarié ou s’il en a les moyens, travailler en indépendant et gérer sa propre entreprise. Dans ce cas-là, il est plutôt un créateur de mode car en termes de production, il sera peut-être plus limité. S’il travaille dans l’industrie de la mode, il peut en devenir avec le temps Directeur de la production.

Contraintes du métier de styliste

Il existe quelques contraintes au métier de styliste. Il faut être conscient que le monde de la mode est extrêmement concurrentiel et pour percer et se faire connaître, il faut être motivé au maximum et faire preuve d’abnégation. Naturellement, il est important de savoir dessiner, d’avoir des idées mais surtout, être passionné. D’un autre côté, il est également indispensable de maîtriser les aspects commerciaux, marketing, de gestion et techniques du stylisme, que l’on travaille au sein d’une entreprise ou en indépendant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *